FRANQUET (Jacques)

chef du service de coopération technique internationale de police, directeur central de la police judiciaire 




Né le 5 janvier 1941 à Constantine (Algérie). Père commerçant. Etudes au lycée d’Aumale à Constantine, puis aux facultés de droit d’Alger, de Lille et de Lyon. Maîtrise de droit privé.


Commissaire de police (12 novembre 1968). Élève de la 20ème promotion (« Marcel Rieu ») de l’ENSP (1968-69). Affecté à la direction centrale de la police judiciaire, au SRPJ de Lyon (16 août 1969). Commissaire principal (1er janvier 1977). Chef de l’antenne d’Ajaccio du SRPJ de Marseille (1er juillet 1977). Directeur du SRPJ d’Ajaccio (2 janvier 1979). Commissaire divisionnaire (1er janvier 1981). Chef de la 7ème division (office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) à la DCPJ (2 avril 1981). Chef de l’unité de coordination de la lutte anti-terroriste – UCLAT - (23 janvier 1986) au cabinet du directeur général de la police nationale. Chef du service de coopération technique internationale de police (15 décembre 1988). Inspecteur général des services actifs de la police nationale (1991). Directeur central de la police judiciaire (30 juillet 1993).


Démission, chargé de mission à l’inspection générale de la police nationale (23 mars 1995). Expert pour le programme des Nations Unies pour le contrôle international des drogues (1996). Préfet délégué pour la sécurité et la défense auprès du préfet de la zone de défense Nord, préfet de la région Nord-Pas-de-Calais, préfet du Nord (27 novembre 1996). Membre de l’organe international pour le contrôle des stupéfiants aux Nations Unies à Vienne – Autriche- (1997).


Titularisé préfet (23 juin 1999). Préfet de la Dordogne (26 août 2002). Préfet, chef du service de coopération technique internationale de police (27 juin 2003). Admis à faire valoir ses droits à la retraite sur sa demande à compter du 1er février 2005. Préfet honoraire, directeur de la sécurité du groupe SANOFI AVENTIS (2005). Spécialisé dans la lutte contre la contrefaçon de médicaments.


Sources : Annuaire du syndicat des commissaires et hauts fonctionnaires de la police nationale 1997-98, annuaire du ministère de l’Intérieur 2003, Who’s who 2003-04, J.O.



Portrait : Archives de la direction centrale de la police judiciaire


Bibliographie (ouvrages dans lesquels il est cité) :

□ AUBOUIN (Michel), TEYSSIER (Arnaud) et TULARD (Jean) - sous la direction de – Histoire et dictionnaire de la police, du Moyen-Âge à nos jours, Paris, Éditions Robert Laffont, collection Bouquins, 2005, p. 529.

□ CHARPIER (Frédéric) – Au cœur de la P.J., enquête sur la police scientifique, Flammarion, 1997, p. 276.

□ DÉCUGIS (Jean-Michel), LABBÉ (Christophe) et RECASENS (Olivia) – Place Beauvau, la face cachée de la police, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 70 et p. 96, 102-105, 212, 292 : « Le 20 février [1995], le patron de la PJ, Jacques Franquet, démissionne de son poste. Il sert de fusible (…). L’affaire Schuller-Maréchal est terminée. »

□ FALIGOT (Roger) et KROP (Pascal) – DST police secrète, Paris, Flammarion, 1999, p. 405.

□ HALBWAX (Rémy) et REIX (Jean-Charles) – La police assassinée, Paris, Éditions de la Table ronde, 1983, p. 254.

□ HAMON (Alain) et PERISSÉ (Xavier) – Les seigneurs de l’ordre public, Paris, Belfond, 1991, p. 108.

□ LECLERC (Marcel) – De l’antigang à la criminelle, un grand flic ouvre ses dossiers, Paris, Plon, 2000, p. 153.

□ MARÉCHAL (Docteur Jean-Pierre) – Le biscuit, Paris, Michel Lafon, 1995, p. 96, 203, 207, 210 et 212.

□ ROUGELET (Patrick) – RG, la machine à scandales, Paris, Albin Michel, 1997, p. 195.

□ ZAMPONI (Francis) – La police, combien de divisions ?, Paris, Éditions Dagorno, 1994, p. 156-157.