Chef(s) du service central de police technique et scientifique :

- DUPUCH (Frédéric) - 10 avril 2017

- ANGELINO (Eric) -12 mars 2018

-------------------------------------------------------

Le premier service de police dans le domaine de la police technique et scientifique (ou criminalistique) est le "bureau d'identité" ouvert par Alphonse Bertillon à la préfecture de police de Paris en 1883. Ce modeste service s'étoffe, devient en février 1888 un "service d'identification anthropométrique", puis - par un décret du 11 août 1893 - le service de l'identité judiciaire de Paris qui est rattaché au service de sûreté, puis à la direction de la police judiciaire du quai des Orfèvres créée en 1913.

Le premier laboratoire de police scientifique est ouvert à Lyon en 1910 par le professeur Edmond Locard. D'autres suivent à Marseille, Toulouse et Lille. Une loi du 27 novembre 1943 institue un "service de police technique relevant de la direction générale de la police nationale [créée par une loi vichyste du 23 avril 941] chargé de rechercher et d'utiliser les méthodes scientifiques propres à l'identification des délinquants."

Dans le prolongement d'un rapport déposé sur le sujet par le commissaire Jacques Genthial, un arrêté ministériel signé par Pierre Joxe du 8 mars 1985 crée une sous-direction de la police technique et scientifique au sein de la direction centrale de la police judiciaire. Lui sont rattachés les services d'identité judiciaire, les services de documentation criminelle et les laboratoires de police scientifique. Ces derniers, par une loi de novembre 2001, sont regroupés au sein d'un institut national de police scientifique - INPS -(implanté à Ecully, dans le Rhône), établissement public sous tutelle du ministre de l'Intérieur.

En application de recommandations faites par des missions successives de l'Inspection générale de l'administration (IGA) et de la Cour des Comptes, un arrêté du ministre de l'Intérieur en date du 5 avril 2017 porte création d'un service d'administration centrale dénommé "Service central de police technique et scientifique", placé auprès du directeur général de la police nationale. Ce service est confié à l'inspecteur général Frédéric Dupuch, jusque là directeur de l'INPS. 

Il s'agit d'un service actif de la direction générale de la police nationale (décret n° 2017-478 du 5 avril 2017) qui "anime l'activité de la police nationale dans le domaine de la police technique et scientifique. Il en définit et contrôle les règles d'organisation et de doctrine, veille à l'adéquation et à la répartition adaptée des ressources humaines et matérielles correspondantes, et contribue à sa mise en œuvre opérationnelle. Il exerce la tutelle fonctionnelle sur l'INPS.

                                                                                   ****

Depuis le 1er janvier 2021, en application du décret n° 2020-1779 du 30 décembre 2020,  le service central de police technique et scientifique (SCPTS) et l'institut national de police scientifique (INPS) ont fusionné pour donner naissance au Service national de police scientifique (SNPS), à compétence nationale, qui reprend à son compte au service des enquêteurs et des magistrats les attributions des deux précédentes entités.